int 102
string '' (length=0)
boolean false

spyder

CAN AM SPYDER F3

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

CAN AM SPYDER 2015

Nouveau châssis, lignes redessinées et ergonomie revue

Si ce Spyder 2015 ne se démarque pas fondamentalement sur le fond (il s’agit toujours d’un tripode doté de deux-roues non inclinables à l’avant), le fond évolue lui en profondeur. Outre sa carrosserie totalement redessinée qui laisse désormais entrevoir ses entrailles mécaniques, ce drôle d’engin canadien étrenne notamment un châssis et un bas-oscillant revisités, de type tubulaire.Comme sur les Spyder actuels, la transmission sera au choix de type manuelle ou semi-automatique (montée et descente via une gâchette au guidon, sans débrayer), comme le confirment ces visuels lesquels les modèles tests apparaissent tantôt avec un levier d’embrayage, tantôt sans. Mais c’est surtout au niveau du style que se distingue ce nouveau 3-roues Can-Am. La face avant – qui intègre toujours un coffre – est plus musclée, avec une énorme calandre surmontée de phares rectangulaires. D’inédites écopes latérales dotées de feux lenticulaires font leur apparition. L’ensemble n’est pas sans évoquer la face avant trapue de la dernière génération de voiture américaine Chevrolet Corvette.L’ergonomie évolue significativement sur ce potentiel remplaçant du Spyder RS, l’actuelle version sportive de la gamme, puisque les pieds apparaissent ici plus avancés et talons pointés vers le bas, tandis que le guidon est dorénavant recourbé vers le buste. Il en résulte une position apparemment moins portée sur l’avant, presque custom. Au vu du degré d’avancement de ces prototypes et de la présence de tout « l’accastillage légal » (phares, clignotants, plaque), il paraît logique de penser que la marque appartenant au groupe Bombardier Recreational Products (BRP) ne devrait pas tarder à dévoiler officiellement cette nouvelle génération de Spyder. Peut-être au salon de la moto de Cologne (Intermot), prévu à la fin du mois ? Restez connectés !
Si ce Spyder 2015 ne se démarque pas fondamentalement sur le fond (il s’agit toujours d’un tripode dont le train avant à deux-roues est non inclinable), la forme évolue en profondeur. Outre sa carrosserie totalement redessinée qui laisse désormais entrevoir ses entrailles mécaniques, ce drôle d’engin canadien étrenne notamment un châssis et un bras oscillant revisités, de type tubulaire.

Comme sur les Spyder actuels, la transmission sera au choix de type manuelle ou semi-automatique (montée et descente via une gâchette au guidon sans débrayer), comme le confirment ces visuels sur lesquels les modèles tests apparaissent tantôt avec un levier d’embrayage, tantôt sans.

Mais c’est surtout au niveau du style que se distingue ce nouveau 3-roues Can-Am. La face avant – qui intègre toujours un coffre – est plus musclée, avec une énorme calandre surmontée de phares rectangulaires.

D’inédites écopes latérales dotées de feux lenticulaires font de surcroît leur apparition. L’ensemble n’est pas sans évoquer la face avant trapue de la dernière génération de voiture américaine Chevrolet Camaro.

L’ergonomie évolue significativement sur ce potentiel remplaçant du Spyder RS, l’actuelle version sportive de la gamme, puisque les pieds apparaissent ici plus avancés et les talons pointés vers le bas, tandis que le guidon est dorénavant recourbé vers le buste. Il en résulte une position apparemment moins portée sur l’avant, presque custom. Le passager continue de son côté à profiter de larges poignées de maintien.

Au vu du degré d’avancement de ces prototypes et de la présence de tout « l’accastillage légal » (phares, clignotants, support de plaque), il paraît logique de penser que la marque appartenant au groupe Bombardier Recreational Products (BRP) ne devrait pas tarder à dévoiler officiellement ce Spyder sur lequel apparaît un logo « F3″.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +